Le rouge

Les palpitations du rouge flamboient, galvanisent, dévorent. Il est gorgé de vie.

Ce n’est pas une couleur qui se cache. Lorsqu’elle apparaît, les autres s’éclipsent. Elle hypnotise, ondule sensuellement sur la piste de danse et absorbe les autres couleurs dans son halo. Loin d’être égocentrique, elle transcende, fait resplendir l’éclat brutal des âmes délicates et maintient en apesanteur la violence des corps indomptables.

Le rouge roule sur la langue comme un épice velouté. Piquant, entêtant, brûlant, les sens sont toujours en éveil. Il ne s’oublie pas et rappelle à la mémoire toutes ces fois où le corps s’est laissé guider. Sa chaleur accompagnant comme un ami loyal, il est aussi cet amant qui intimide et empourpre les joues chastes.

Amour : des étincelles s’embrasent d’une simple friction des âmes.
Passion : un rougeoiement incandescent fait crépiter l’éclat des regards passionnés.
Haine : il s’enflamme alors d’une incandescente fournaise qui emporte les êtres les plus raisonnés.

Toujours, le rouge colle à la peau mais jamais il ne se laissera prendre.

Le rouge empoigne, saisit, se nourrit et lorsqu’il n’a plus rien à engloutir, il part se sustenter ailleurs.

[Photo by MontyLov on Unsplash]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :